Réalisations de sépultures paysagères

Sur caveau ou en pleine terre, la sépulture paysagère est plantée directement dans la semelle (entourage au sol) ou bien dans un soubassement (monument sur dalle). Entièrement personnalisé, chaque jardin sur tombe est différent et s’adapte aux souhaits des proches comme à l’environnement qui l’accueille. Un jardin sur tombe est autorisé dans tous les cimetières.

Le projet de jardin a été élaboré à partir d’un tableau de cette artiste peintre qui aimait les couleurs chaudes et vives. Un fusain doré illuminera le jardin toute l’année. Sépulture paysagère sur caveau – Vandœuvre-lès-Nancy, mai 2018

Sous un érable pourpre, un chemin de pierre et de verre parcourt le jardin jusqu’à la plaque d’ardoise agrémentée d’une mosaïque bleue. Les floraisons sont dans la même dominante colorée. Sépulture paysagère en pleine terre – Autouillet, mai 2018

A quelques kilomètres de la mer, au pays d’Auge, un jardin de vagues avec ses galets, ses iris et ses armérias. Il a pris place dans un soubassement en iroko réalisé sur mesure par un menuisier. Sépulture paysagère sur caveau – Avril 2018

Un tout petit jardin au cimetière Montparnasse. La pensée éclairera l’hiver en attendant les fleurs de romarin. Novembre 2017

La sépulture d’un artiste peintre à Montparnasse dont les tableaux ont inspiré la forme du jardin. Sépulture paysagère sur dalle. Novembre 2017

Sur un cercle central très lumineux, deux formes dynamiques, inspirées des postures du Tai Chi Chuan, traversent le jardin. Autour, la surface minérale apporte une respiration à l’ensemble et les végétaux disposés en îlots rappellent le maquis corse. Le parfum des deux romarins viendra compléter cette évocation. Sépulture en pleine terre. Dhuizon – Mai 2017

Une petite tortue porteuse de messages se promène dans un jardin riche en couleurs. Elle va croiser des fleurs en toutes saisons mais aussi des papillons, des oiseaux et des coccinelles. Ce jardin est une véritable source de vie. Sépulture paysagère sur dalle à Alfortville – Juin 2017

Au bord d’une rivière de galets, des oeillets, des armérias et des bruyères sinuent et fleurissent alternativement au fil des saisons. Lavandes, romarins, gauras et perovskias sont installés derrière le monument pour permettre de masquer le mur. Sépulture paysagère sur caveau – Ivoy-le-pré – Mai 2017

Un jardin de terre et de neige… L’évocation du Népal est rendue par un jeu de paillages brun et blanc. Au fond, un cairn accueillera des éléments spirituels tibétains. Sépulture paysagère en pleine terre. Taisnil – Mars 2017

Un jardin tout petit mais plein d’énergie. Le chemin minéral est celui d’un volcan et les plantes disposées à sa base évoquent la lave avec leur couleur pourpre. Sépulture paysagère sur caveau – Valenton. Déc. 2016

Un chemin planté de bulbes, dont la forme rappelle celle d’une guitare, en hommage aux qualités de musicien de la personne disparue, sépare le jardin minéral du jardin végétal. Sépulture paysagère sur caveau – Lille – Novembre 2016

Eté indien à Orsay… le céanothe a bravé la sècheresse estivale. Des bulbes viennent d’être plantés, le rendez-vous printanier devrait être lumineux et coloré. Les chemins de pierres, d’une plante à l’autre, sont des pensées positives. Sépulture paysagère en pleine terre – Orsay – Automne 2016

Ce jardin est conçu autour d’un conifère nain dont la croissance est extrêmement lente . Élément central du jardin, légèrement surélevé, il symbolise l’esprit. Deux rayons de connaissances se diffusent vers les angles, ils sont matérialisés par des pierres de meulière et des blocs de verre. Sépulture paysagère en pleine terre – Torcy-en-Valois – Octobre 2016

Au cimetière du Pecq nous avons eu un compagnon de travail… Le jardin s’installe sous le soleil d’automne, quelques floraisons complémentaires sont venues éclairer la Toussaint. Rendez-vous au printemps pour l’explosion florale. Sépulture paysagère en pleine terre – Le Pecq – Automne 2016

La côte bretonne résonne dans ce petit jardin dont les couleurs et les végétaux sont inspirés du Cap Fréhel : bruyères, armérias maritimes et herbes ondulant sous le vent… Au printemps, les bulbes se réveilleront les premiers puis d’autres floraisons variées se relaieront jusqu’à la fin de l’automne. Sépulture paysagère en pleine terre – Vanves. Sept. 2016 et mars 2017

Vague bleue au cimetière des Batignolles, Paris 17e. Évocation bretonne avec du sable et des galets, des bruyères et des armérias, accompagnés de pâtes de verre couleur océan. A gauche en avril 2016 – A droite, en mars 2017 : les premiers rayons de soleil du printemps sur le jardin. Sépulture paysagère sur caveau.

Installé sous un céanothe sur tige, ce jardin, ponctué de galets marins, diffuse une image de tranquillité. Sépulture paysagère en pleine terre – Orsay – Avril 2016

Jardin d’éternité en Normandie. Le jardin est structuré autour de trois bruyères centrales et de stipas s’animant au moindre souffle de vent. Sépulture paysagère en pleine terre – Oct. 2015

Un petit jardin provisoire pour le jour de la cérémonie en mars. La majorité des végétaux a été replantée dans le jardin définitif en juin. Peintures sur galets réalisées par la famille. Sépulture paysagère en pleine terre au cimetière St Louis à Versailles. Mars 2015 – Juin 2015 et Mai 2017

En janvier, le jardin est encore fleuri… Sépulture paysagère en pleine terre au cimetière St Louis à Versailles.

Jardin d’éternité patchwork au cimetière de la Croix-Rousse à Lyon. Un métallier a réalisé sur mesure l’entourage en tôle peinte. Sépulture paysagère en pleine terre – Avril 2015

Un jardin d’éternité en Normandie dont la base minérale est l’ardoise. Sépulture paysagère en pleine terre.

Une graminée bleutée vient répondre à l’orangé du paillage minéral. La sobriété du tracé permet de préserver des espaces pour déposer une plaque ou des plantes ponctuelles. Sépulture paysagère en pleine terre au cimetière des Gonards à Versailles.

Deux désherbages par an suffisent pour entretenir ce jardin réalisé avec des plantes ne nécessitant aucune taille ni arrosage. Sépulture paysagère en pleine terre au cimetière des Gonards, Versailles.

A Mondoubleau, un jardin très bleu avec une création en mosaïque sur la plaque d’ardoise. Le jardin l’été suivant sa réalisation (2013-2014). Sépulture paysagère sur caveau.

Un jardin offrant minéral et végétal en parfaite harmonie. Sépulture paysagère en pleine terre – Bettant 2013

Un jardin d’éternité au cimetière du Montparnasse – Paris – Mosaïque et galets viennent agrémenter ce tout petit jardin. Au printemps et à l’automne. Sépulture paysagère sur caveau.

Ce jardin d’éternité est très inspiré par le Japon ; sa couleur dominante grise met en exergue le végétal qui viendra progressivement conquérir l’espace des bacs. Mars 2014

Jardins d’éternité en bacs, posés provisoirement sur la plaque de fermeture.

Un tout petit jardin d’éternité à Neuilly-sur-Seine. Toussaint 2016 Sépulture paysagère sur caveau.

Description

En 2012 nous lancions l’activité 2m2 d’éternité, suite à l’obtention du prix Cité Verte du Concours de l’Innovation végétale en ville (Jardins Jardin aux Tuileries).
Depuis, nous avons planté des jardins d’éternité dans notre région en Ile de France, mais aussi en Normandie, à Lille, Lyon et ailleurs…
Nos projets prennent vie après un décès et c’est grâce au végétal vivant que de nouveaux liens se créent. Le cycle des saisons offre de multiples rendez-vous sur ce lieu de souvenir devenu unique par sa configuration même. L’interaction avec le jardin contourne la classique contemplation minérale… Une fleur fanée à couper, quelques herbes indésirables à supprimer ou ajouter de nouvelles plantes permet de maintenir la relation entre passé, présent et avenir.
Entièrement personnalisé, chaque jardin d’éternité est différent et s’adapte aux souhaits des proches comme à l’environnement qui l’accueille.